Retour

16/03/2021

L’affaire nantaise nous raconte beaucoup de ce que la Ligue 1 porte encore d’incertitudes et d’étonnements. Le vol des canaris, dimanche soir à Paris, est venu rappeler combien, à neuf journées de la fin du Championnat, l’instinct de survie donne des ailes. Parler de vol ici ne propage en rien l’idée d’une victoire usurpée. Au contraire. Ce serait plutôt une manière de saluer l’allure aérienne d’une sensation.

Nantes symbolise la promesse d’une fin de Championnat qui est loin d’être écrite, ni en haut, ni en bas, et qui annonce du tremblement à ses deux extrémités. Le dernier bilan fait état d’un relégable désormais situé à six longueurs du Racing, batttu à Rennes pendant que, sauf Dijon, tous ses poursuivants ont pris des points.

Nos sentiments fluctuent, d’une semaine à l’autre, entre coups de maîtres et coup de frein, transitant de l’euphorie au doute, mais signifiant pour l’essentiel que le soulagement n’est pas pour tout de suite. Tout le fond de la classe regarde les 27 points encore sur la table comme autant de miettes à ramasser sur le chemin du salut.

 

Le Racing n’est pas à l’abri. Il a cependant l’avantage d’être propriétaire de son destin. Il ne sera pas nécessaire de se retourner s’il met l’énergie à conquérir les unités nécessaires à sa quête. Il connaîtra du souci au moindre relâchement, s’il accorde le moindre confort à sa situation actuelle.

En ce sens, la venue de l’autre Racing de Ligue 1, à l’heure de la choucroute, est vraiment capitale. Avec Lens, déboule un promu déroutant, que personne n’attendait à la lutte pour un ticket européen au crépuscule de l’hiver. L’équipe de Franck Haise réalise une saison fantastique, portée par un Jonathan Clauss biberonné au Centre de Formation du Racing, et que la lumière attendait au carrefour de sa maturité.

Lens est invaincu depuis huit journées, plein de confiance et d’envie. C’est un challenge excitant pour les Strasbourgeois. C’est surtout un moment essentiel de son destin. Une victoire viendrait comme une grande respiration. Elle ne viendra qu’au prix de l’investissement total que les hommes de Thierry Laurey ont manifesté récemment. Du Pas-de-Calais surgit un adversaire contre lequel il ne s’agit pas de caler.

Cet article a été rédigé par :
Jean-Marc Butterlin

Allez Racing et salut bisame !

Jean-Marc Butterlin a été Chef des Sports du journal « L’Alsace » et Grand Reporter au journal « L’Equipe ». Il est membre du Conseil d’Administration de l’Association Racing Club de Strasbourg Alsace.

À découvrir à la boutique officielle du Racing

PULL DE NOEL 2020

20,00€

MAILLOT HOME 20/21

68,00€

MAILLOT AWAY 20/21

68,00€

VESTE MATELASSEE JUNIOR ET ADULTE 19/20 – 2624930

30,00€

MAILLOT GARDIEN VERT 20/21

68,00€

Echarpes Supporters LIGNES – 2090851

15,00€

MUG AJORQUE

7,00€
Copy link
Powered by Social Snap