Retour

09/01/2018

Nous avons commencé l’année par un dimanche venteux en poussant les portes des 16es de finale de la Coupe de France. Le Racing a offert du spectacle et des buts tout au long d’un match un rien décousu mais dont il a su tenir le fil jusqu’à la fin. On n’a pas encore trouvé mieux qu’une victoire pour faire vivre la dynamique d’un vestiaire. En ce sens, éliminer Dijon aura aussi permis d’évacuer les humeurs incertaines qui accompagnent parfois le retour à la compétition.

Janvier sera un mois chargé et crucial. C’est un mois qui égrène encore cinq matches en l’espace de quinze jours. Entre Guingamp, ce vendredi (20 h 45) et un double choc contre Lille, à la Meinau en Coupe (le 23 ou 24 janvier), quelque jours avant d’y filer en championnat (27 janvier), on jouera tout le temps, le week-end et la semaine. C’est tout un groupe, dont l’âme s’est réchauffée sous le soleil d’Espagne, qui sera concerné. Concerné d’abord par un objectif qui n’a pas changé d’un pouce. Le maintien en Ligue 1, quoi d’autre ?

Ce n’est pas fait car les cycles retour, souvent chamboulés par le marché d’hiver, peuvent renverser les acquis de l’aller. L’histoire du foot regorge d’effondrements inattendus et de résurrections soudaines. Qui sommes-nous en vrai ? A la fois la seule équipe française qui a battu Paris et la seule qui a perdu à Metz, une remarque sur nos élans parfois antipodiques.
Avec 24 points, la récolte est encourageante, mais c’est un matelas au confort précaire sur lequel il serait criminel de se reposer. 1710 minutes nous séparent de l’arrivée, une montagne de temps où chaque seconde sera un combat, chaque point une conquête. Guingamp représente la première des dix-neuf marches encore à gravir. Guingamp dont le stade du Roudourou (18256 places) peut accueillir plus du double de la population intramuros (8000 habitants). Guingamp qui vit pourtant sa cinquième saison de rang au plus haut niveau, une première dans son histoire. On doit un profond respect aux dirigeants de l’En Avant pour cette assiduité dans le grand monde.

Guingamp n’est pas souvent venu à la Meinau. Ce sera la septième fois, seulement en Ligue 1. Le dernier passage date du 9 août 2003 (victoire alsacienne, 2-0). Antoine Kombouaré doit s’en souvenir. Il dirigeait alors son premier match comme entraîneur d’une équipe professionnelle dans l’arène strasbourgeoise. Il découvrait le métier en Alsace, au Racing. Depuis, Il s’est affirmé comme un technicien de grande qualité. Il est de ces hommes que j’ai aimé côtoyer durant ma carrière de journaliste, une personne droite et respectueuse des autres.

Entre le Racing (11e, 24 points) et Guingamp (9e, 26 points), on voit venir un sacré match, compliqué, haut en couleurs. Invaincue à domicile en championnat depuis le 24 septembre 2017 (Nantes, 1-2), la bande à Thierry Laurey aura besoin, une fois encore, du souffle inépuisable du peuple bleu. Nous sommes en 2018, jetzt geht’s los !

Je vous dis à la semaine prochaine !

Allez Racing et salut bisame !

Jean-Marc Butterlin a été Chef des Sports du journal « L’Alsace » et Grand Reporter au journal « L’Equipe ». Il est membre du Conseil d’Administration de l’Association Racing Club de Strasbourg Alsace.

À découvrir à la boutique officielle du Racing

MAILLOT HOME WOMEN 20/21

85,00€

MAILLOT HOME 20/21

85,00€

MAILLOT AWAY 20/21

85,00€

MAILLOT GARDIEN NOIR 20/21

85,00€

MAILLOT GARDIEN VERT 20/21

85,00€

Echarpes Supporters LIGNES – 2090851

15,00€

DOUDOUNE FANSTYLE JUNIOR ET ADULTE 19/20 – 2624900

75,00€
Copy link
Powered by Social Snap