Retour

24/03/2017

Maintenant, ça vous a des airs de série télé à suspense en huit épisodes, mélange de « Homeland » et de « Voyageurs du temps » par l’exact partage de la programmation avec quatre actes à domicile et quatre à l’extérieur. Huit épisodes, c’est aussi court qu’interminable. Et c’est une vie d’attente assez mal fichue. Le délai d’impatience varie désormais de deux semaines à quatre jours selon un étalement qui allume les lumières du stade le vendredi, le samedi et, trop souvent, le lundi. C’est plus simple à la maison. « Colony », par exemple, on sait que ça tombe toujours le mardi à neuf heures du soir. Physiquement, on gère mieux le rapport à l’angoisse.

Je ne sais trop quel nom donner à la série qui réunit le Racing et ses rivaux dans l’emballement final de la Ligue 2. Quelque chose comme « Racing, unité spéciale » peut-être mais vous trouverez sans doute mieux. L’affaire, en tout cas, promet, jusqu’à son dénouement dans quasi deux mois et demi. Car, à cet instant, la liste des suspects, de ceux qui veulent éliminer la concurrence, est encore longue. Drôles de suspects d’ailleurs. Ce n’est pas la prison qui les guette mais un peu de gloire et une entrée en fanfare dans la Ligue des légendes.

Depuis la victoire à Auxerre (2-0), qui fait suite à celle contre Brest (4-1), on sent bien que le Racing fait l’objet d’une surveillance accrue. On le soupçonne de préparer un sale coup malgré son statut de promu. Il cacherait quelque chose. Les enquêteurs parisiens font le voyage en Alsace et décortiquent chaque fait et gestes. Il faut dire que le passé est lourd. Les titres inscrits au casier donneraient les indices d’un gang prêt à tout pour dévaliser le championnat. Il suffirait pourtant de perquisitionner le vestiaire. On n’y trouverait pas la moindre preuve d’intention coupable.

Le Racing avait un objectif : éviter les mauvaises surprises, faire de son mieux, le plus haut possible. Sa mission est remplie, déjà. Les multiples rebondissements qui ont alimenté la chronique de la Ligue 2 l’ont installé à un endroit très enviable qu’on n’imaginait pas forcément. Il peut donc aborder la suite en toute innocence, sans le stress des dernières éditions et de leurs obligations. Pour lui, les huit épisodes restants sont follement excitants. A la fin, il n’aura rien à se reprocher, c’est une délicieuse certitude. Il peut glisser l’âme en paix vers l’épisode 1 de la série finale. Il s’appelle Sochaux et des milliers de témoins sont appelés à la barre pour manifester leur soutien le lundi 3 avril prochain, à 20h45 à la Meinau. Un engouement énorme est déjà perceptible à cette heure. On ne veut pas manquer le rendez-vous avec ce voisin qui rêve de nous menotter. On voudrait que le suspense dure, dure et dure encore. Et, désormais, nous sommes tous, joueurs et supporters, les acteurs majeurs d’un rêve en suspens. Nous sommes même plus que ça. Des complices !

Je vous dis à la semaine prochaine !

Allez Racing et salut bisame !

Jean-Marc Butterlin a été Chef des Sports du journal « L’Alsace » et Grand Reporter au journal « L’Equipe ». Il est membre du Conseil d’Administration de l’Association Racing Club de Strasbourg Alsace.

À découvrir à la boutique officielle du Racing

MAILLOT HOME WOMEN 20/21

85,00€

MAILLOT HOME 20/21

85,00€

MAILLOT AWAY 20/21

85,00€

MAILLOT GARDIEN NOIR 20/21

85,00€

MAILLOT GARDIEN VERT 20/21

85,00€

Echarpes Supporters LIGNES – 2090851

15,00€

DOUDOUNE FANSTYLE JUNIOR ET ADULTE 19/20 – 2624900

75,00€
Copy link
Powered by Social Snap