Retour

LES COUPS-FRANCS DE BUBU – Surtout, ne pas oublier…

Posté le 05/08/14
RCSA Amical Schiltigheim

Au cœur de cet été un peu fou où les championnats ont continué à se jouer dans les bureaux de la FFF, de la DNCG, du CNOSF et pour finir des tribunaux administratifs, ce Colomiers-Racing qui se pointe au bout de la semaine a quand même une petite allure d’erreur de déménagement. Comme si on avait posé les meubles un étage trop haut. Car, sur un plan purement sportif, voici bien une rencontre qui aurait pu et même dû inaugurer les festivités du CFA. C’est dire si les deux clubs reviennent de loin, sauvés par la peau des fesses, au prix du malheur de Carquefou et de l’imbroglio de la situation de Luzenac.

Ce qui n’a pu être obtenu sur le terrain, le maintien, l’a été grâce à une gestion saine et un suivi précis des dossiers. Pour une fois, ce serait presque aux joueurs de verser une prime à leurs dirigeants pour avoir sauvegardé une place inespérée en National. Réjouissons-nous donc de cette issue plus qu’heureuse qui permet de se lancer une deuxième année de suite dans l’aventure d’un championnat qui s’annonce tout aussi incertain que la saison dernière. Nous concernant on l’espère surtout plus paisible, moins stressante, en un mot plus accomplie.

Y mettre le cœur

Souhaitons surtout, côté vestiaire, que les terribles leçons de la saison dernière auront été retenues, le contraire serait une considérable déception. Les mots de ce jour sont donc habillés de la plus grande prudence concernant un effectif sérieusement remanié et dont la campagne de préparation, perturbée par la force des choses, n’a encore donné aucune garantie. Jacky Duguépéroux et ses hommes nous proposent un voyage assez incertain encore dont les contours ne se dessineront que petit à petit, au fil des journées à venir.

Le Racing se présente à Colomiers avec une équipe renouvelée et marquée par plusieurs absences. On ne lui demande donc qu’une chose : c’est d’y mettre le cœur et de se souvenir d’où il vient. Car il serait criminel de ne pas saisir la perche que le destin a tendue. C’est le moment de foncer. Comme dit un proverbe canadien, « tout arrive plus vite à qui court après ».

Je vous dis à la semaine prochaine !

Allez Racing et salut bisame !

Jean-Marc Butterlin a été Chef des Sports du journal « L’Alsace » et Grand Reporter au journal « L’Equipe ». Il est membre du Conseil d’Administration de l’Association Racing Club de Strasbourg Alsace.


Stade de la Meinau

Racing site
Racing site
RC Strasbourg AlsaceRC Strasbourg Alsace

NE RATEZ AUCUNE NOUVEAUTÉ :
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Please leave this field empty.

PMU